Le livret personnel de compétences : absurde et dangereux.

mercredi 15 mai 2013
par  Moka63
popularité : 8%

Les compétences ne sont pas une nouveauté dans nos pratiques. Elles sont particulièrement présentes dans les cycles d’apprentissages fondamentaux, où nous enseignons des savoir-faire complexes : l’action de lire, par exemple, résulte de la fusion d’un certain nombre de compétences dont l’identification améliore la qualité de l’enseignement. Nous orienterons les activités, expérimentations et entraînements dans nos classes en favorisant l’une ou l’autre de ces compétences : reconnaissance de tel ou tel phonème, mémorisation et utilisation de ses différentes graphies, mais également reconnaissance rapide des mots déjà rencontrés, capacité à lire et comprendre seulE un mot inconnu, une phrase simple, un texte court, et enfin un texte plus complexe...

Nos évaluations, reliées à la pratique de nos classes, permettent de faire un point épisodique, de mettre l’enfant en situation de montrer ce qu’il arrive à faire à un moment donné, les progrès qu’il/elle a réalisés depuis la dernière fois, ce qu’il lui reste à apprendre.

Ces évaluations permettent en général de concevoir des livrets qui informent la famille de réussites et difficultés de leur enfant. Elles servent également de support dans le transfert des informations d’une classe à l’autre.

Il y a donc déjà des livrets scolaires dans les écoles, qui résultent d’un travail collectif des enseignants, servent de support d’échanges pédagogiques et de suivi des élèves.

En quoi le Livret Personnel de Compétences est-il différent de cette pratique déjà en cours ?

Ouvrons dans une nouvelle fenêtre le document proposé par le Ministère.

Dans la Note aux parents, page 2), les objectifs affichés semblent rejoindre, en première lecture ce que nous venons d’exposer...

Maîtrise de la langue CE1

Les choses se complexifient page 4. On s’en tiendra à quelques exemples :

Dire.

La compétence est divisée en trois items :
-  S’exprimer clairement à l’oral en utilisant un vocabulaire approprié.
- Participer en classe à un échange verbal en respectant les règles de la communication.
- Dire de mémoire quelques textes en prose ou poèmes courts.

Le descriptif semble tomber sous le sens... Mais on peut se trouver embarrassé pour indiquer une date certifiant qu’il s’agit là d’une compétence acquise. Par exemple, validera-t-on l’item S’exprimer clairement à l’oral en utilisant un vocabulaire approprié pour le petit Mathis qui a su nous dire, face à une photo du félin familier : "C’est un chat." ou doit-on attendre qu’il ait gagné l’aisance d’Eliette qui déclare : "Voilà un joli matou qui se lèche la patte, il est mignon comme tout, mais je crois qu’il va bientôt faire des bêtises..."

Pour la participation aux échanges verbaux, associée au respect des règles de communication, celui dont l’item ne sera pas validé sera-t-il considéré comme réticent à prendre la parole en groupe, ou incapable de lever le doigt ?

Quelques poèmes courts ou texte en prose : faut-il en savoir correctement deux, trois, six ? Les réciter sans erreur, ou avec "le ton" ?

Ecrire.

- Copier un texte court sans erreur dans une écriture cursive lisible et avec une présentation soignée.
D’accord, mais que veut dire "sans erreur ?" : sans erreur d’accents, de virgule, de majuscule ? La question mérite débat en salle des maîtres !

- Utiliser ses connaissances pour mieux écrire un texte court.
Voilà quelque chose de bien flou à évaluer... Damia a réussi à passer de : "cé kasé." à "C’est cassé.", après bien des explications... A-t-elle validé son item ?

- Écrire de manière autonome un texte de cinq à dix lignes.
A partir d’images, récit inventé, après travail préparatoire collectif ?

Lire.

- Lire seul, à haute voix, un texte comprenant des mots connus et inconnus.
Cet item dépendra fortement de la longueur et de la difficulté du texte proposé, qui sera sans doute peu homogène d’une classe à l’autre.

- Lire seul et écouter lire des textes du patrimoine et des œuvres intégrales de la littérature de jeunesse adaptés à son âge.
Lire seul et écouter lire sont des compétences très distinctes... Et le fait de lire seul ou "d’écouter lire" ne garantit pas du tout la moindre compréhension...

Etude de la langue, grammaire.

- Identifier la phrase, le verbe, le nom, l’article, l’adjectif qualificatif, le pronom personnel (sujet)
Voici un magnifique paquet-cadeau, identifier la phrase ainsi que tous les types de mots la composant... Le 12 décembre, Doumia a su parfaitement identifier les déterminants et les noms, Mais, le 20 février, polarisée sur les adjectifs, elle s’est trompée dans l’identification des noms...

- Repérer le verbe d’une phrase et son sujet. Ce sera plus facile dans la phrase : "Papa joue au foot.", que dans la phrase : "Ce matin, Paulo a voulu faire un soufflé au chocolat."

- Conjuguer les verbes du 1er groupe, être et avoir, au présent, au futur, au passé composé de l’indicatif ; conjuguer les verbes faire, aller, dire, venir, au présent de l’indicatif.
Deuxième paquet cadeau : nombreux temps, nombreux verbes, qu’on peut savoir conjuguer par récitation à un moment donné, mais de façon moins sûre en production d’écrit, ou échouer à l’exercice grammatical associé.

Retour sur les objectifs annoncés.

Après cette rapide analyse, reprenons, page 2, la présentation faite aux parents.

Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l’école et au collège.

Il s’avère qu’en pratique, les informations données ne sont pas fiables, et n’informent donc pas correctement sur la progression des apprentissages.

Il est identique pour tous les élèves. Certes, le document est le même, mais il ne s’accompagne pas des mêmes pratiques d’évaluation, ne correspond pas aux mêmes contextes d’apprentissage. A noter que les évaluations nationales ne résolvent pas ce problème : avec des supports identiques, les conditions de passation peuvent encore fluctuer de façon très importante.

A chaque étape, lorsque l’équipe des enseignants considère qu’une compétence est acquise, la date de validation est inscrite en bas de la page. Si une compétence n’est pas validée, le détail de ce que votre enfant a acquis et de ce qu’il n’a pas acquis est indiqué. ... Sauf qu’aucun espace n’est laissé à cet effet dans le livret.

La version informatisée.

L’académie de Dijon explique comment renseigner la version informatisée le LPC dans ce fichier Sconet, le document est à télécharger ici.

Ce logiciel s’ajoute au niveau du collège à la Base élève qui fiche les enfants à partir de la maternelle, les données sont transférées de l’un à l’autre au moment du passage en 6ème.

Le fichier Affelnet poursuit le collectage au niveau du lycée. Le fichier Océan gère l’inscription aux examens... On y trouve des indications fort douteuses : la nationalité, la catégorie socio-professionnelle des parents, le handicap éventuel...

Ce qui est grave et dangereux, c’est que ces données inutiles et peu fiables, dévoreuses de temps, sont appelées à servir de base informatisée à l’orientation et au devenir des élèves.

Il est plus qu’urgent de faire barrage à ce livret.

Une action de boycott est lancée par le réseau des enseignants du primaire en résistance pédagogique, le CNRBE, Sud education, l’Union syndicale Solidaires, et la CNT...

Soyons des milliers à signer cette intention de boycott : c’est ici.. Les noms seront publiés à partir du 500ème signataire.

Attention, c’est à signer avant le 7 juin !

N’hésitez pas à diffuser !


Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 14 juillet 2015

Publication

616 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
49 Sites Web
2 Auteurs

Visites

21 aujourd'hui
101 hier
719198 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés