L’impact des classes à faible effectif sur la réussite des élèves : rappel de trois études scientifiques..

mercredi 4 septembre 2013
par  Moka63
popularité : 13%

Le discours de rentrée a clairement changé : on nous parle à présent d’ouverture de postes, de refondation pour l’école. Mais l’application sur le terrain présente encore de nombreux cas difficiles, et de nombreuses obligations de fermeture, suite aux suppressions massives des années précédentes...

Or, les enfants qui se perdent durablement quand ils sont entassés dans des classes trop chargées, ce sont les enfants qui devraient recevoir le plus de l’école de la République. Ce sont les enfants de milieux disqualifiés, les enfants à besoins spécifiques, les enfants en grande difficulté.

Plusieurs études se sont donné la peine de confronter les résultats des élèves ayant bénéficié de classes à faibles effectifs avec ceux de populations comparables. Elles le démontrent de façon inattaquable : un petit effectif de classe est favorable aux apprentissages. Cet avantage est durable. Il est particulièrement remarquable pour les élèves qui proviennent de catégories sociales peu favorisées.

Enquête Star.

Ces conclusions de trouvent notamment dans l’enquête STAR réalisée à partir de 1985 dans le Tennesse, auprès de 11600 élèves. Cette étude suit sur la durée les performances scolaires de cohortes ayant bénéficié de classes à petits effectifs. Les comparaisons le démontrent clairement : ces élèves réussissent mieux aux évaluations de math et de langue que leurs camarades. Cette différence de réussite se confirme dans le temps, et ce, bien des années après le passage de ces élèves dans ces classes à effectifs restreints. Et, répétons-le, cet avantage est d’autant plus grand que les élèves concernés sont d’origine populaire.

Classes rurales.

L’étude de Mme Oeuvrard "Les petits établissements scolaires" réalisée en 1990 auprès de classes rurales du Sud-Ouest de la France et dans le Massif Central, aboutit à des conclusions semblables. « La configuration de ces établissements qu’on pourrait supposer défavorable et liée à leur très petit effectif (tel que peu de moyens, équipement médiocre, difficultés de recrutement d’enseignants, etc…) ne semble pas toutefois, dans l’ensemble, préjudiciable aux élèves pour les apprentissages de base : le niveau de connaissance des élèves de petits établissements est identique - voire supérieur – à celui de l’ensemble des élèves de CE2 et en 6ème. »

Piketty.

Elles sont confirmées par M. Piketty en mars 2006 dans son étude sur "l’impact de la taille des classes sur la réussite scolaire dans les écoles, collèges et lycées français". Cette recherche s’est concentrée sur la variation des résultats des élèves suite à une baisse d’effectif lors de l’ouverture d’une nouvelle classe dans leur établissement. Ce contexte particulier permet d’étudier l’évolution des résultats de groupes d’élèves identiques mais placés dans des classes moins chargées. Les travaux de M. Piketty mettent en évidence « l’existence d’un impact positif important des tailles de classes réduites sur la réussite scolaire », et ceci « notamment pour ce qui concerne les élèves socialement défavorisés. » Ce différentiel, très important en élémentaire, reste réel en collège.

Lire aussi la revue de presse sur l’impact des petites structures sur la réussite des élèves (*)


Agenda

<<

2014

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 16 juillet 2014

Publication

615 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
49 Sites Web
21 Auteurs

Visites

97 aujourd'hui
141 hier
490086 depuis le début
23 visiteurs actuellement connectés