RASED : lettre aux parents

vendredi 11 juin 2010
par  Moka63
popularité : 9%

Petit lexique prévisionnel :

- La FNAREN est la Fédération Nationale des Associations des Rééducateurs de l’Education Nationale, les maîtres "G" des RASED.
- Les RASED sont les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté : maîtres rééducateurs, maîtres spécialisés, psychologues scolaires. Ils interviennent sur un secteur comprenant un nombre d’écoles de plus en plus important. Leur "sédentarisation" sur un établissement donné empêche les écoles voisines de bénéficier de leur aide (voir dossier "RASED et aide personnalisée.")
- Le Comité Scientifique de la Fédération Nationale des Associations des Rééducateurs de l’Education Nationale est composé d’universitaires, de chercheurs et de professionnels de l’enfance et de l’éducation.

Lettre aux parents

Le comité scientifique de la FNAREN a pris connaissance, avec consternation et colère, des directives envoyées par le ministre de l’éducation nationale aux recteurs et inspecteurs d’académie pour “préparer” les prochaines années scolaires en planifiant l’organisation de la suppression de dizaines de milliers de postes.

Nous sommes consternés qu’un ministre de l’éducation nationale envisage sa fonction sous le seul angle de la gestion comptable, sans qu’apparaisse jamais sous sa plume la moindre préoccupation éducative, le moindre souci du devenir des millions d’élèves que compte notre pays.

Ces élèves, nos élèves, vos enfants, sont pourtant notre avenir. L’investissement éducatif est, à terme, le plus rentable de tous les investissements. Il est affligeant que le responsable de notre système éducatif ignore une vérité qui devrait être son guide premier.

Nous sommes en colère, parce que ce ministre annonçait en mars 2010 vouloir stabiliser et pérenniser les RASED dont il organise maintenant la disparition complète. Le ministère de l’éducation est devenu le ministère du mensonge permanent, avec une politique réelle clandestine et dévastatrice, aux antipodes des affichages de bonnes intentions à destination des médias et des associations professionnelles et syndicales.

Nous sommes en colère, car la plupart des “économies” envisagées vont toucher avant tout de plein fouet les élèves les plus fragiles et les milieux les plus défavorisés :

La poursuite de la suppression des RASED va laisser à l’abandon les jeunes enfants les moins préparés à l’engagement dans les apprentissages scolaires, alors que les difficultés de nombre d’entre eux étaient résolues avec succès, depuis plus de trente ans, au sein de l’école, par les professionnels des RASED. Elle va aussi allonger les listes d’attente déjà longues des structures de soin et accentuer encore le déficit de la Sécurité sociale.

La suppression de la scolarisation à deux ans élimine un outil précieux de compensation des inégalités les plus criantes entre enfants au seuil de l’école, alors même que la loi continue à préconiser cette scolarisation précoce dans les secteurs les plus défavorisés.

La suppression des classes d’accueil pour les enfants de migrants primo-arrivants va les laisser se noyer d’emblée dans notre école.

La suppression des enseignants “itinérants” chargés de soutenir la scolarisation en classe ordinaire des élèves handicapés va éliminer un des rares outils qui permette à cette scolarisation d’être autre chose qu’un trompe-l’œil.

L’augmentation des effectifs des classes va aggraver le sentiment de perdition des élèves les plus éloignés de ce qu’on leur propose. Avec un nombre accru d’élèves, comment les enseignants pourraient-ils être attentifs aux besoins spécifiques de chacun ?

La suppression de classes et de petits établissements menace de soumettre, plus encore que ce n’est déjà le cas, certains territoires à un processus catastrophique de désertification scolaire, en particulier en milieu rural.

Nous dénonçons, sous l’apparence d’une gestion purement comptable, une politique éducative honteuse, qui occulte les réalités diverses et complexes des enfants, donc la nécessité de les accueillir à l’école dans la réalité de leurs personnalités et de leurs différences.

On ne traite pas humainement des enfants en les soumettant tous à des programmes préconçus et indifférenciés dans des classes surchargées. Sans prise en compte des besoins éducatifs particuliers de chaque élève, le traitement à l’identique de tous les élèves est une machine à massacrer sans merci les plus faibles.

L’histoire a montré que cette conception de l’enseignement avait conduit dans les années 1970-1975 à un mouvement intense d’exclusion et de ségrégation d’élèves stigmatisés par leurs difficultés (classes de perfectionnement, classes de transition, classes d’attente, classes pré-professionnelles de niveau, etc.).

Au cœur de l’école, les rééducateurs de l’Éducation nationale sont des professionnels expérimentés de cette
indispensable prise en compte des dimensions les plus personnelles de la scolarisation.

Leur mission est d’aider les
enfants les plus mal engagés dans les apprentissages scolaires à surmonter les difficultés intimes qui les empêchent
d’investir au mieux leur présence à l’école.

Ils sont une nouvelle fois la cible des attaques d’un nouveau ministre,
aussi irresponsable que le précédent.

Nous appelons, une nouvelle fois, les parents et leurs associations à faire entendre leur voix, par tous les moyens qui leur sembleront bons, pour défendre une école accueillante pour tous, capable de faire grandir ensemble et au mieux ceux qui demain seront et feront notre pays.

Le Comité Scientifique de la FNAREN, Paris le 9 juin 2010.


Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 14 juillet 2015

Publication

616 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
49 Sites Web
2 Auteurs

Visites

103 aujourd'hui
101 hier
713754 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés