Evaluations CE1 2009... Analyse des séquences de français.

dimanche 17 mai 2009
par  Moka63
popularité : 4%

JPEG - 31.7 ko

Ça y est, les évaluations CE1 2009 sont arrivées dans les écoles. Les enseignants seront tenus de les faire passer à leurs élèves dans la semaine du 25 au 30 mai...

Qu’en dire ?

Ces évaluations permettront de mesurer la concordance des acquis des élèves en math et français avec les nouveaux programmes imposés en 2007.

Elles mesureront si les enseignants ont bien axé les apprentissages sur les maths et le français, comme préconisé.

Dans des semaines raccourcies de 2h, ils auront su sacrifier les sciences, les arts plastiques, limiter les approches trop complexes et les projets dévoreurs de temps.


SÉQUENCE 1 :

Exercice 1 : lecture autonome de consignes.

Dès le début de la première séquence, les élèves devront comprendre seuls des consignes telles que : « Souligne le nom du jour. ».

Exercice 2 : ordre alphabétique.

Ils devront savoir classer par ordre alphabétique classe, clou, main, bâtiment, maître ( pour main et maître, classement sur la troisième lettre du mot, complexifiée par la présence de l’accent circonflexe). Comme pour leurs aînés de CM2 en janvier, une erreur de classement leur donnera le code 0 : item non réussi.

Exercice 3 : copie

La copie d’un poème court écrit au tableau peut sembler un exercice facile. Cependant...
- La consigne : « Vous allez copier cet extrait de poème en écriture attachée/cursive (choix du vocabulaire en fonction de la pratique de la classe). Il faut écrire le mieux possible et présenter le texte comme au tableau. Attention, vous devez faire le mieux possible. » n’explicite pas l’obligation d’écrire le nom de l’auteur, dont l’oubli donne 0 au premier item.
- Aucune erreur de copie n’est tolérée en orthographe.
- Les liaisons entre lettres doivent être correctes pour juger de la qualité de la graphie : gare au "x" mal accroché !
- Pour la mise en forme, on tiendra compte des sauts de lignes après le titre et avant le nom de l’auteur... Alors que le texte est présenté sur un tableau ne comportant pas forcément de lignes !

Facile, donc, d’avoir zéro partout...

Exercice 4 : lecture

Nous voici arrivés à la lecture, placée après les trois exercices précédents...

*****************************************************************************

TEXTE DE LA LECTURE :

Observation : le texte, édité chez Folio, et recommandé pour des lecteurs "à partir de 8 ans", d’un niveau scolaire "à partir du CE2". Il est traduit de l’anglais.

Curieux choix pour évaluer le niveau de lecture d’un enfant de 7 ans, se trouvant en classe de CE1. Les bons lecteurs ne seront pas affectés par ce choix. Mais les autres ?

Simba était au camp depuis déjà quelques mois, lorsqu’un matin, Akimbo arriva en retard à l’école et se fit rappeler à l’ordre par le maître qui ne plaisantait pas avec les horaires. La journée avait donc plutôt mal commencé.

Mais peu après la récréation, les choses s’envenimèrent.

Akimbo était en classe sur son banc, lorsqu’il entendit des cris à l’extérieur. - Un lion ! hurla quelqu’un. Il y a un lion qui arrive dans la cour !

Aussitôt toute la classe sauta sur ses pieds et se précipita vers les fenêtres. Effectivement, Simba trottinait nonchalamment sur le sentier qui menait à l’école, la tête haute et le nez au vent. L’espace d’une seconde, Akimbo eut peine à le reconnaître. De loin, ce lion lui paraissait beaucoup plus grand que Simba. Mais lorsqu’il aperçut la tache plus sombre sous son menton, ses derniers doutes s’envolèrent…

Le maître ne savait plus que faire. Il leva la main, comme pour prendre la parole, puis la laissa retomber. Pendant ce temps, Simba était entré dans l’enceinte de l’école. Il regardait autour de lui en humant l’air, comme s’il était à la recherche de quelque chose ou, plus exactement, de quelqu’un…

Tout se serait très bien passé, si la cuisinière de l’école n’avait pas choisi ce moment pour surgir au coin du bâtiment. Elle n’avait pas vu Simba et, sans rien soupçonner, elle s’avança jusqu’au milieu de la cour.

Là, elle s’arrêta net. Pendant un instant, ils s’immobilisèrent tous deux. La cuisinière, terrifiée, restait clouée sur place et Simba semblait se demander pourquoi elle s’arrêtait ainsi. Était-ce un jeu ? Voulait-elle qu’il fasse semblant de la poursuivre pour s’amuser ?

***************************************************************************

Le titre du livre : "Akimbo et les lions" et les quatre premières lignes sont lues par le maître. Le mot "envenimèrent" est expliqué d’emblée. Le reste du texte et les questions seront lus par les élèves sans aide. Toutefois, le maître est autorisé à expliquer les mots que les élèves lui demanderont.

Pour cela, il faudra déchiffrer correctement et retenir la définition des mots :
- effectivement ; nonchalamment ; humant (terme d’usage particulièrement courant chez un enfant de 7 ans) ; l’enceinte de l’école (elle n’attend pas de petit frère),
- mais aussi : soupçonner ; bâtiment ; s’immobilisèrent ; clouée sur place.

Mais reprenons le début de ce texte :

« Simba était au camp depuis déjà quelques mois...
- Qui est Simba ? De quel camp parle-t-on ? Ces difficultés sont posées dès la première phrase, ce qui ne facilite pas l’entrée dans l’histoire pour ces jeunes enfants, et décourage d’entrée ceux qui ne se sentent pas très à l’aise. Les bons lecteurs trouveront (difficilement) la réponse à la première question dans la suite du texte. Tous devront se passer de la réponse à la seconde.

...lorsqu’un matin, Akimbo arriva en retard à l’école et se fit rappeler à l’ordre par le maître qui ne plaisantait pas avec les horaires.
- Bon, on délaisse déjà ce premier personnage, Simba sans avoir pu l’identifier, pour en suivre un second, Akimbo, dont on imagine que c’est enfant, puisqu’il va à l’école. On ne sait pas, d’abord, si c’est un garçon ou une fille, sauf si l’on associe la finale "o" à un prénom masculin. Il faut attendre la phrase : "Akimbo était en classe sur son banc, lorsqu’il entendit des cris à l’extérieur", pour être fixé.

- Un lion ! hurla quelqu’un. Il y a un lion qui arrive dans la cour !

Aussitôt toute la classe sauta sur ses pieds et se précipita vers les fenêtres. Effectivement, Simba trottinait nonchalamment sur le sentier qui menait à l’école, la tête haute et le nez au vent.

Pour savoir que Simba, c’est le lion, il faut faire le lien entre le cri "un lion !" et ce Simba qui "trottine nonchalamment sur le sentier qui mène à l’école, la tête haute et le nez au vent", deux phrases plus loin, et ne secoue même pas de crinière.

L’espace d’une seconde, Akimbo eut peine à le reconnaître. De loin, ce lion lui paraissait beaucoup plus grand que Simba. Mais lorsqu’il aperçut la tache plus sombre sous son menton, ses derniers doutes s’envolèrent…

L’enfant dont la lecture est suffisamment fluide verra son hypothèse se confirmer : Simba est bien un lion. Cependant cette confirmation est à nouveau loin d’être explicite : Akimbo a du mal à le reconnaître, ce qui permet de déduire qu’il le connaissait déjà. Ce lion paraissait plus grand que Simba (dont on imagine que c’est donc aussi un lion). Akimbo aperçut la tache sous son menton (de Simba).
- Noter que l’association "de loin, le lion" devrait être assez efficace pour bloquer quelques minutes un enfant légèrement dyslexique...
- Noter également que dans la phrase : « Mais lorsqu’il aperçut la tache plus sombre sous son menton... », le pronom « il » ne se rapporte grammaticalement pas à Akimbo, mais au sujet de la phrase précédente : « le lion ». Cela constitue un obstacle de plus à une compréhension aisée du texte.

Il faut ensuite répondre aux questions :

- Qui est Simba ?

- Qui est Akimbo ?

Réponses attendues : Simba est un lion, et Akimbo est un petit garçon.

Les réponses : « Simba est l’ami d’Akimbo, Akimbo est un écolier africain, » n’ont pas été prévues par nos imaginatifs évaluateurs... Il faudra la clémence du correcteur pour qu’elles soient validées.

- Que font les élèves de la classe quand Simba arrive près de l’école ?

Réponse attendue : les élèves de la classe sautent sur leurs pieds et se précipitent vers les fenêtres.

A trouver dans le texte :

- Un lion ! hurla quelqu’un. Il y a un lion qui arrive dans la cour ! Aussitôt toute la classe sauta sur ses pieds et se précipita vers les fenêtres.
- Sauf si on n’a pas compris que Simba, c’est le lion.
- NB : la réponse : « les élèves de la classe travaillent, » n’a pas été prévue. Pourtant cette réponse est validée par l’utilisation du présent dans la question, ce qui ne permet pas de situer pas les actions dans le temps.

- Qui hume l’air ?

"Humer" faisant sans aucun doute partie du vocabulaire courant de tout élève de CE1, ils sauront facilement que humant et hume sont deux formes du même verbe...

Après quelques autres questions, la séquence 1 se termine.

JPEG - 31.7 ko

SÉQUENCE 2

Exercice 5 : lecture.

La séquence 2 débute sur la lecture entièrement autonome de la suite du même texte.

Il n’est pas précisé qu’on peut expliquer le début de l’histoire pour les élèves en perdition... Il leur faudra donc poursuivre la lecture d’un texte dont ils n’auront pas compris grand chose, et qu’ils se seront sans doute dépêchés d’oublier.

************************************************************************************

Suite du texte :

Tout à coup, la cuisinière poussa un hurlement suraigu, comme si elle était assise sur une punaise et fit un grand bond en arrière. Pour Simba, ce fut le signal : elle voulait jouer ! S’élançant vers elle, il la rattrapa en trois enjambées et lui sauta amicalement sur le dos. Dans la classe, le maître poussa un cri d’horreur et se rua sur la porte.
- Non ! s’exclama Akimbo. Laissez-moi m’en occuper !

Le maître tenta de le retenir, mais Akimbo lui échappa et se précipita dans la cour. Simba s’était à présent perché sur la pauvre femme qui gémissait de terreur.
- Simba ! cria Akimbo. Ici ! Couché !

Dès qu’il entendit sa voix, Simba parut fou de joie. Délaissant la cuisinière, il bondit vers Akimbo et se mit à lui lécher les genoux et les chevilles. Akimbo se pencha pour lui gratouiller le poil du cou.
- Il ne faut plus jamais venir me chercher ici, lui glissa-t-il à l’oreille. Tu vas nous attirer des tas d’ennuis, à tous les deux !

Akimbo ne croyait pas si bien dire, car leurs ennuis ne faisaient que commencer. Par chance, la cuisinière n’avait pas une égratignure. Mais elle était hors d’elle, tout comme l’instituteur, qui ordonna à Akimbo de rentrer chez lui sur-le-champ avec son lion et de l’attendre là-bas. Après la classe, le maître viendrait parler avec son père.

***************************************************************************

Noter que le texte ignore l’utilisation des guillemets...

1. Recopie ce qui indique, dans le texte, que le lion ne veut pas faire de mal.

La réponse se trouve sans difficulté dans les phrases : « Pour Simba, ce fut le signal : elle voulait jouer ! S’élançant vers elle, il la rattrapa en trois enjambées et lui sauta amicalement sur le dos. » Sauf si on n’a toujours pas compris que Simba, c’est le lion.

2. Pourquoi le maître pousse-t-il un cri d’horreur ?

On trouvera sans difficulté la réponse dans la même phrase, qu’il faut alors interpréter différemment : du point de vue d’un spectateur horrifié qui ne perçoit pas les intentions amicales du lion.

3. Pourquoi Simba est-il venu à l’école ?

Comment le savoir ? Rien ne laisse imaginer les intentions du lion ! Il faudra se contenter de la remarque d’Akimbo : "Il ne faut plus jamais venir me chercher ici", et en déduire que le fauve venait chercher son ami.

4. Akimbo dit à Simba : « Tu vas nous attirer des tas d’ennuis, à tous les deux ! » De quels ennuis parle Akimbo ?

La réponse attendue est qu’ils risquent de se faire gronder tous les deux... Ou punir... Il faut l’extrapoler de la visite prochaine du maître au père d’Akimbo... Je suis curieuse de savoir quel enfant expert de CE1 sera apte à trouver cette réponse sans aide...

Exercice 6 : articles, verbes, noms.

- Il faut savoir donner la nature de 3 articles, 4 noms, 3 verbes soulignés dans des phrases... Pas d’erreur ou d’oubli admis dans chaque groupe, si on prétend obtenir le code 1.

Exercice 7 : verbes, sujets.

Il faut souligner le verbe et entourer le sujet dans trois phrases : ne pas se mélanger dans les consignes, ni intervertir les soulignements et le fait d’entourer. Deux verbes à trouver sur trois sont au passé simple, temps qui n’est pas encore étudié en CE1.

Exercice 8 : les contraires.

Écrire un mot qui veut dire le contraire des mots :
- inoccupé, compréhensible, sombre.

Il faut avoir manié les familles de mots, préfixes et suffixes pour trouver « occupé » et « incompréhensible », même si l’on utilise rarement ces mots en CE1.

Il faut aussi changer de stratégie pour trouver « clair » en se référant seulement au sens de « sombre ».

Exercice 9 : synonymes

Entourer le ou les synonymes (le maître a le droit d’expliquer ce mot.)
- terrifié : calme, épouvanté, apeuré, terrible. (il faut choisir « apeuré » et/ou « épouvanté »
- bondir : partir, s’élancer, courir, sauter. Il faut entourer « s’élancer » et/ou « sauter » . « Courir » et « partir » ont pourtant un sens assez proche du mot « bondir », du point de vue d’un enfant de CE1.

Exercice 10 : mots de la même famille.

Il faut également s’être entraîné à manier les familles de mots de façon technique :

exemple fourni :

école écolier procédure : on allonge le mot

réponses attendues

cuisinière cuisine procédure : il faut penser à raccourcir le mot
amicalement ami, amical id.

Exercice 11 : orthographe.

L’item est intitulé :
- Orthographier, sous la dictée, les mots les plus fréquents, notamment les mots invariables, ainsi que des mots fréquents avec accents.
- Écrire sans erreur de manière autonome des mots simples en respectant les correspondances entre lettres et sons.

Le choix des mots dictés peut sembler étrange : n’étant ni simples, ni fréquents :
- lionne, jungle, nonchalant,
- combler, merveille, marsouin !

Les consignes de correction préconisent de noter sur le respect de la phonétique de deux mots dans chaque groupe de trois, ce qui ne correspond pas à l’intitulé de l’item. Il faudrait plutôt parler dans ces conditions de transcription phonologique.

On peut s’interroger sur l’utilité de cet exercice. Une dictée de syllabes ou de faux mots auraient permis de mieux juger de la capacité à « respecter la correspondance entre lettres et sons »

Exercice 12 : orthographe.

Mots dictés :
- pendant ; encore (pas d’erreur sur ces deux mots -> code 1)
- souvent ; après (pas d’erreur sur ces deux mots -> code 1)
- toujours (pas d’erreur sur ce mot -> code 1)
- longtemps (pas d’erreur sur ce mot -> code 1)

Exercice 13 : conjugaison.

(Le maître est prié de décrocher les affichages qui pourraient aider...)

Les deux amis s’aimaient beaucoup. (transforme le verbe au présent)
- Les deux amis s’...................... beaucoup.

Le maître ne plaisante pas avec les horaires. (transforme le verbe au futur)
- Le maître ne ........................ pas avec les horaires.

Dans la cour, nous jouons avec Simba. (transforme le verbe au passé composé)
- Dans la cour, nous ..................... avec Simba.

Noter qu’on n’offre aucunement l’aide d’un indicateur de temps. Il s’agit de connaître le nom du temps de conjugaison et de l’appliquer. Nous rappelons que les enfants commencent à peine à aborder ces notions, et qu’ils viennent tout juste d’apprendre à lire, ils ne sont pas en CM2 !

Exercice 14 : orthographe, encore.

dictée :
- Le pelage de Simba a les couleurs du désert.
- Les jeunes lions cherchent l’enfant dans la cour de l’école.

- Au moins six mots parmi les huit mots suivants : pelage, couleur, désert, jeune, lion, enfant, cour, école, sont écrits correctement -> code 1, item réussi. (On ne sanctionne pas l’oubli de l’accent sur le mot « désert ».)
- Majuscules et ponctuation sont respectées. -> code 1, item réussi.
- Au moins deux marques du pluriel sur trois pour couleurs, jeunes, lions. -> code 1, item réussi.
- L’accord est correctement réalisé sur le verbe « cherchent ». -> code 1, item réussi.

Toujours aussi difficile de donner des consignes de correction claires pour les dictées.

Le texte ci-dessous aura "tout bon" :
— Le pelages de Sympa à les kollers du desert. Les jeune lions chechent l’enfents dent la cours de l’écoles.

En revanche, tous les voyants sont au rouge pour le texte ci-dessous :
— Le pelaje de Simba a les couleurs du déser. le jeune lion cherche l’enfant dans la cour de l’école.

Exercice 15 : production d’écrits.

Consigne :

« Vous allez écrire la suite d’une histoire. L’histoire est écrite dans le cadre qui est en haut de la page. Je vais vous lire ce texte.

La lionne s’approche tout doucement et silencieusement de la rivière. Elle voit les quatre zèbres et les trois gnous se désaltérer tranquillement. Elle pense à ses petits qui n’ont rien mangé depuis plusieurs jours et qui attendent dans le buisson. »

Expliquer « gnou » : animal qui vit en Afrique et ressemble à une antilope aux cornes recourbées.

« Maintenant vous allez continuer cette histoire. Il y a une liste de mots au tableau que vous pouvez utiliser. Ils sont là pour vous aider. Mais vous n’êtes pas obligés d’utiliser tous les mots de la liste. Attention, présentez correctement votre texte ; n’oubliez pas les majuscules et les points. Faites attention à l’orthographe. C’est à vous. Maintenant vous allez continuer la suite de l’histoire. »

Mots fournis :

- cou, herbe, eau, oiseau, arbre,
- s’enfuir, dévorer, sentir, sauter,
- affamé, content, grand, fort.

Consignes de correction

La ponctuation majuscule – point est respectée pour au moins 3 phrases. -> code 1

Les personnages de l’histoire (quels personnages ? Les petits ? Les gnous ?) sont repris et une action simple est imaginée, compatible avec le début du texte. -> code 1

L’orthographe d’usage est globalement respectée (mots outils / mots fréquents). -> code 1

Les règles d’accords sont respectées dans le groupe nominal (déterminant – nom – adjectif accolé) et dans le groupe verbal (sujet – verbe accolé aux temps étudiés) (tolérance 2 erreurs).

Le vocabulaire choisi est adapté à la poursuite de cette histoire (mais que veut dire adapté ?) -> code 1

A noter qu’il vaut mieux écrire trois phrases courtes et simples, sans intérêt, mais sans erreur que de se lancer dans un vrai récit...

Exercice 16 : lecture à haute voix

Mots isolés :

exposition ; accompagnement ; restaurant ; information ; éléphanteau ; spectateur.

Fragment de l’extrait du texte Akimbo et les lions


AUTRES ARTICLES APPARENTES :

- Evaluations CE1 2009 : commentaires.

- Evaluations CE1 2009... Analyse des séquences de math.

- Evaluations CE1 2009... Appels au boycott.

- Evaluations CE1 livrets

ET AUSSI :

- Evaluations CM2 2009 : analyses et actualités

- Les nouveaux programmes de l’école primaire, analysés par deux anciens ministres de l’EN.

- Mouvement des désobéisseurs : soutien d’un spécialiste des rythmes de l’enfant.

- Page d’accueil du site.


NB : Pardon, encore une fois, pour les coquilles... elles disparaîtront au fil de mes relectures...

Illustrations provenant du site de Jacques Risso, utilisées avec l’aimable autorisation de l’auteur, merci à lui !


Commentaires  (fermé)

Logo de allybie
jeudi 18 juin 2009 à 20h57, par  allybie

ce soir, j’ai fait ma réunion de parents sur ces fameuses évaluations ! je me suis amusée à leur faire passer quelques exercices de français et de maths issus du livret. Il fut intéressant de voir que les parents n’avaient pas tout bon et séchaient sur certaines questions ! Par exemple, pour la copie du poème, où écrire ? Aucun n’a pu respecter la mise en page ( avec saut de ligne entre le titre, le corps du texte et le nom de l’auteur). Pour les maths, il en a été de même : comment passer de 8OO à 4OO etc....
Même si les résultats furent médicocres ( comment ne pas l’être, d’ailleurs ?), le message est passé auprès des parents...

Autre petit test fait auparavant, j’ai demandé à ma collègue de ce2 cm1 de donner à ses élèves le problème de maths sur les euros. Sur les 17 CE2, 1 seul à réussi et sur les 8 CM, 3 ont échoué. No comment !

mercredi 27 mai 2009 à 23h19

Courage ! Je suis aussi enseignante en Ce1 et mes élèves sont cette année un groupe difficile ! Comme c’est rare dans mon école, ça me permet de relativiser. On n’est pas un bon enseignant si ses élèves obtiennent de bons résultats ! On est un bon enseignant si l’on parvient , quelques soient les contraintes et difficultés ou facilités de départ, de faire évoluer ses élèves, de les faire progresser...
Ne tombe pas dans le piège de la culpabilité si tu le peux (facile à dire, j’y tombe régulièrement moi aussi). Et bravo pour enseigner dans ce milieu difficile !!!
Ces évaluations que nous sommes contraints de faire passer sont présentées come une référence de norme souhaitable en fin de CE1 ! Mais c’est cela même qui est contestable car elles n’évaluent que les compétences expertes, ( pas plus d’un quart des lélèves d’une classe "normale" seront à même d’obtenir des résultats convenables). Les compétences de base n’y sont pas évaluées du coup des tas d’élèves sont délibérément ignorés....
Et la faute à qui ce manque de résultat ???? Aux grosses feignasses d’enseignants, qui ont choisi le métier pour les vacances , les mercredis et les w-e !..... Heureusement que nos technocrates zélés sont là pour asseoir une réforme qui , la preuve va bientôt en être faite , s’imposait !!!!

Logo de rachou
mercredi 27 mai 2009 à 22h49, par  rachou

Profonde déprime et sentiment d’être en parfaite contradiction avec mes convictions profondes... Mon école se trouve dans un quartier défavorisé et sur 23 élèves j’ai honte de dire que seuls 8 peuvent être considérés comme de véritables lecteurs.Nous sommes à même d’évaluer les priorités pour nos élèves et chaque classe est différente, enlevons encore un peu plus de crédit aux enseignants. J’ai l’impression en plus de faire perdre leur temps à mes élèves, il y tant à faire mais on a l’air de considérer le mois de juin comme le début des vacances ! Grand oubliés des éval : les dyslexiques, les dyspraxiques, les élèves pour lesquels on a mis en place un PPRE, un petit traumatisme de plus pour les enfoncer. Désolé, mais trop, c’est trop.Je craque. Autre effet pervers des éval, les élèves perdent de vue le sens et le plaisir d’apprendre, ils faut absolument réussir...à 8 ans !

Logo de Béa
mercredi 27 mai 2009 à 14h47, par  Béa

Bon gré, mal gré, nous faisons passer les evals dans mon école. Après la 1ere séquence, nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas écrit le poème à copier de la même façon. Le modèle au tableau devait-il être en script ou en cursif ? Ce n’est pas clair dans le livret de passation.

mercredi 27 mai 2009 à 01h02

bonsoir

j’ai commencé les tests par les exercices les plus faciles afin que les enfants ne soient pas stressés et , pour le moment,tout se passe bien...pour les problèmes,je pense qu’il va y avoir beaucoup plus d’hésitations...

Logo de maryse
mardi 26 mai 2009 à 21h42, par  maryse

merci pour les analyses des sequences je vais m’en servir pour argumenter.j’ai fait passer les eval en suivant les directives sauf ce qui n’a pas etait vu.je les ferai passer à ma façon avec mon barème.je rencontrerai les parents BIEN SUR JE NE FERAI REMONTER AUCUN RESULTAT

mardi 26 mai 2009 à 21h34

Bonjour,

Je suis maman d’une enfant de CE1 actuellement scolarisée en ZEP. Je n’ai pas parlé de cette "fameuse" évaluation à ma fille et sa maîtresse a eu l’intelligence d’en faire de même.

Nous ne sommes pas dans une foire aux bestiaux (je vous prie de bien vouloir m’excuser d’utiliser cette expression, mais cette évaluation me fait vraiment penser à cela...) et je n’aime pas l’idée de mettre les enfants dans des cases dès le CE1.

Cette évaluation aura peu d’impact sur nous. Je remercie les enseignants qui évitent de mettre les enfants sous pression.

mardi 26 mai 2009 à 18h53

Proprement SCANDALEUX !!!! Je suis moi aussi enseignante en ZEP...Et j’en arrive même à culpabiliser d’avoir confronté mes élèves à une telle évaluation qui ne sert qu’à les mettre en échec et essayer de démontrer que nous, enseignants, ne sommes bons à rien.... C’est vrai que le vocabulaire est choisi pour mettre nos élèves en confiance : le "marsouin" fait partie des mots que chacun utilise chaque jour, la "jungle" fait partie des mots essentiels à connaître en CE1 ...FRANCHEMENT...De qui se moque-t-on ????
J’emprunterai quelques mots à F.Cabrel "Que Vida, Que triste, De que païs se trata..Del mio no se puede ..."

lundi 25 mai 2009 à 21h19

Il n’y a justement pas de norme ; je suis bien d’accord avec celà.

Logo de Axs
lundi 25 mai 2009 à 18h50, par  Axs

A c’est beau de voir que certaines personnes pensent que les élèves qui sont en face d’eux sont la norme. Moi mais CE1dans ma petite ZEP dont la moitié est non lecteur (ou très faible), où la moitié des parents est analphabète, et bien je peux vous dire que les temps qu’il eût fallu leur apprendre c’est pas gagné !!!
Mais bon, on peut toujours tabler sur une politique du rendement et les techniques pavloviennes pour apprendre aux élèves. Après tout, faut bien vivre avec son temps….
Et pour information l’exception c’est peut-être vos.

dimanche 24 mai 2009 à 22h07

Un grand merci !

Grâce à vous mon fils de ce1 sera un peu moins pétrifié devant l’évaluation ! 

Dans son école du 5è arrondissement à Paris, aucun maître ne semble choqué ni s’émouvoir de ces évaluations, seuls les parents (fcpe) s’insurgent... pas la moindre résistance aux consignes du ministre, jamais de mobilisation ... la direction de l’école va dans ce sens et semble terroriser les instits... Dommage !

Heureusement j’ai été prévenue à l’avance que mon fils n’aurait vraisemblablement pas de bons résultats : il n’est pas assez motivé, se laisse aller à rêver, et surtout quelle horreur prend son temps !

Pas assez rentable ça, un enfant qui veut bien faire et prend son temps, qui n’a pas le temps de sortir son stylo que déjà le chrono de la maîtresse est arrêté...

Comme il est loin, le temps ou l’on étudiait la pomme et ses pépins, où l’on partait dessiner dehors sous les marronniers !

On en veut juste à la maîtresse de jouer le jeu et de dramatiser, de ne pas voir que si un enfant va "mal" c’est aussi à cause du stress permanent qu’il règne en classe, des menaces de redoublement si les enfants ne réussissent pas !

Les maîtres se sentent tellement jugés eux-même qu’ils répercutent leurs angoisses sur nos enfants !

En tout cas j’ai pu dédramatiser... et mon fils dormira mieux ce soir... depuis plus d’un mois il nous répète que le 25 mai c’est l’évaluation...

Charlotte P., maman d’élève.

vendredi 22 mai 2009 à 18h41

Les enseignants ne sont-ils pas libres de gérer leur progression ? il reste plus d’un mois de classe pour tout assimiler ? N’est-il pas essentiel de maîtriser le présent avant darriver au futur et au passé composé ? Ne jugeons pas les différences de rythme... gardons l’élève au centre du système et laissons lui le temps de tout assimiler !

vendredi 22 mai 2009 à 10h59

... il eût fallu.... eût été plus approprié

quelle chance que vos élèves soient bons !...

Logo de Moka63
vendredi 22 mai 2009 à 08h54, par  Moka63

Deux messages postés à plus de 2h du matin ! Pourtant l’argumentaire utilisé est un peu étrange.

En ce qui concerne le futur et le passé composé, vous vous êtes peut-être trompée de site, votre citation ne correspond à aucune ligne de celui-ci...

Pour ce qui est de l’injonction de se mettre au travail... Vous manquez terriblement d’éléments pour comparer notre implication et la vôtre !

Mépris gratuit, donc, et surdité aux arguments du camp adverse...

Cela correspond bien à l’attitude du gouvernement actuel, qui semble pourtant compter d’ardents défenseurs.

Logo de camilla
vendredi 22 mai 2009 à 02h35, par  camilla

ils savent tout juste le présent et le futur !!ça alors, mais il eu fallu leur apprendre, c’était pas plus difficile, je crois rêver !Mes élèves de CE1 connaissent parfaitement ces 2 temps et le passé composé est en voie d’acquisition.Espérons que vous soyez une exception.

Logo de Moka63
mardi 19 mai 2009 à 20h11, par  Moka63

Pour les maths, ce sera demain...

Ai demandé une augmentation exceptionnelle du nombre d’heures disponibles en 24h, mais les autorités concernées restent sourdes...

Moka

Logo de Katia de la Loire
mardi 19 mai 2009 à 12h48, par  Katia de la Loire

bonjour,

on leur demande de conjuguer un verbe au passé composé alors qu’ils ont à peine vu le futur et qu’ils savent tout juste le

présent sans faire d’erreurs !!!!!attendons de voir la suite !KATIA

Logo de Ericmartigues
lundi 18 mai 2009 à 23h29, par  Ericmartigues

Salut

A quand une analyse des séquences de maths, qui, à moi, m’ont semblées plus délicates pour les enfants ?

Merci pour le travail effectué et bon courage...

Eric

Agenda

<<

2014

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 16 juillet 2014

Publication

615 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
49 Sites Web
12 Auteurs

Visites

64 aujourd'hui
198 hier
478518 depuis le début
51 visiteurs actuellement connectés